Automotrice Z

Année de mise en service : 1937
Année de réforme : 1987
Longueur : 20,68 mètres
Roulement : Fer / Bogies
Motorisation : 2 × 250 chevaux
Capacité voyageurs : 80 assis + 100 debout
Réserve historique de la RATP

Matériel conçu et construit spécialement pour la ligne de Sceaux au moment de son électrification, cette automotrice bénéficie d’un aménagement intérieur particulièrement luxueux et confortable : habillage en tôle vitrifiée, luminaires de style Art déco, banquettes recouvertes de velours en 1re classe et de moleskine en 2de.

Automotrice Z

Année de mise en service : 1937
Année de réforme : 1987
Longueur : 20,68 mètres
Roulement : Fer / Bogies
Motorisation : 2 × 250 chevaux
Capacité voyageurs : 80 assis + 100 debout
Réserve historique de la RATP

Matériel conçu et construit spécialement pour la ligne de Sceaux au moment de son électrification, cette automotrice bénéficie d’un aménagement intérieur particulièrement luxueux et confortable : habillage en tôle vitrifiée, luminaires de style Art déco, banquettes recouvertes de velours en 1re classe et de moleskine en 2de.

De la vapeur… à l’électricité !

 

Le matériel Z est le symbole d’une grande innovation de la fin des années 1930 !

La ligne de Sceaux, inaugurée en 1846, reliait initialement la banlieue sud de Paris à la Barrière d’Enfer (actuelle station Denfert-Rochereau) par… la vapeur !

En 1932, la Compagnie du chemin de fer métropolitain de Paris (CMP) qui exploite le métro de la capitale, désireuse de réaliser de grandes lignes express transversales, se voit confier l’exploitation de la ligne de Sceaux, qui s’étend alors de Saint-Rémy-lès-Chevreuse à la gare du Luxembourg.

De la vapeur… à l’électricité !

 

Le matériel Z est le symbole d’une grande innovation de la fin des années 1930 !

La ligne de Sceaux, inaugurée en 1846, reliait initialement la banlieue sud de Paris à la Barrière d’Enfer (actuelle station Denfert-Rochereau) par… la vapeur !

En 1932, la Compagnie du chemin de fer métropolitain de Paris (CMP) qui exploite le métro de la capitale, désireuse de réaliser de grandes lignes express transversales, se voit confier l’exploitation de la ligne de Sceaux, qui s’étend alors de Saint-Rémy-lès-Chevreuse à la gare du Luxembourg.

De grands travaux sont entrepris entre 1932 et 1937 pour électrifier la ligne en courant 1500 volts continu : mise en souterrain de la ligne entre Cité Universitaire et Gentilly, gares équipées de quais hauts couverts d’une marquise, correspondance avec le métropolitain à Denfert-Rochereau…

En 1938, la ligne exploitée par la CMP (entre Massy-Palaiseau et Luxembourg), entièrement électrifiée, accueille le nouveau matériel Z, permettant de passer de 53 trains vapeur journaliers à… 153 ! Le trafic passa de 8 millions de voyageurs en 1937 à 17 millions en 1938. La ligne de Sceaux vous sera aujourd’hui plus familière sous le nom de RER B, deuxième ligne la plus fréquentée d’Europe, qui accueille près de 900 000 voyageurs par jour !

Vue extérieure et détail d'un plafonnier d'une automotrice Z

De grands travaux sont entrepris entre 1932 et 1937 pour électrifier la ligne en courant 1500 volts continu : mise en souterrain de la ligne entre Cité Universitaire et Gentilly, gares équipées de quais hauts couverts d’une marquise, correspondance avec le métropolitain à Denfert-Rochereau…

En 1938, la ligne exploitée par la CMP (entre Massy-Palaiseau et Luxembourg), entièrement électrifiée, accueille le nouveau matériel Z, permettant de passer de 53 trains vapeur journaliers à… 153 ! Le trafic passa de 8 millions de voyageurs en 1937 à 17 millions en 1938. La ligne de Sceaux vous sera aujourd’hui plus familière sous le nom de RER B, deuxième ligne la plus fréquentée d’Europe, qui accueille près de 900 000 voyageurs par jour !

Un matériel spécifique

Il fut conçu et construit spécialement pour la ligne de Sceaux. Étudié par les ingénieurs de la CMP, il s’agissait d’un matériel très moderne, composé exclusivement de motrices à deux moteurs. Il devait être léger, simple, sûr et suffisamment long, posséder quatre portes par face pour faciliter les échanges quai/train et être apte à la desserte de quais hauts.

Entièrement métalliques, les automotrices Z sont longues de 20,70 mètres et larges de 3,20 mètres. La traction est assurée par deux moteurs de 250 chevaux, montés sur le bogie avant (approchez-vous et vous verrez qu’ils ont été fabriqués en juin 1935 par l’entreprise Decauville !) et commandés par un équipement Jeumont-Heidmann à arbre à cames. Les trains Z comportent, suivant le trafic, deux ou quatre motrices jusque dans les années 1950. Leur nombre montera ensuite jusqu’à huit dans les années 1980 !

RER Z 30%-48

Un matériel spécifique

Il fut conçu et construit spécialement pour la ligne de Sceaux. Étudié par les ingénieurs de la CMP, il s’agissait d’un matériel très moderne, composé exclusivement de motrices à deux moteurs. Il devait être léger, simple, sûr et suffisamment long, posséder quatre portes par face pour faciliter les échanges quai/train et être apte à la desserte de quais hauts.

Entièrement métalliques, les automotrices Z sont longues de 20,70 mètres et larges de 3,20 mètres. La traction est assurée par deux moteurs de 250 chevaux, montés sur le bogie avant (approchez-vous et vous verrez qu’ils ont été fabriqués en juin 1935 par l’entreprise Decauville !) et commandés par un équipement Jeumont-Heidmann à arbre à cames. Les trains Z comportent, suivant le trafic, deux ou quatre motrices jusque dans les années 1950. Leur nombre montera ensuite jusqu’à huit dans les années 1980 !

Un design Art déco

Les aménagements intérieurs offrent un aspect agréable et un grand confort. Les recouvrements sont en tôle vitrifiée de couleur blanche avec une décoration à filets. Le plafond est peint en blanc mat. Le plancher est en terrazolith recouvert, en 1re classe, d’un tapis de caoutchouc.

 A l’origine, dans les deux classes, les banquettes à dossier haut, largement espacées sont rembourrées et recouvertes de moleskine en 2de, de velours gris en 1re, décoré du logo CMP. Des aérateurs placés sur le toit assurent une ventilation convenable toutes glaces fermées. Les vitres sont munies de stores et sont ouvrantes à mi-hauteur d’un seul côté.

Des filets porte-bagages métalliques sont disposés de chaque côté. Des appuis (appelés « perroquets ») ont été prévus pour les voyageurs debout et des poignées montoires de chaque côté des portes.

Les premières séries d’automotrices comportent des lustres d’éclairage au design remarquable de style Art déco, très caractéristiques, en verre soufflé opalescent. Sur les séries suivantes, les ampoules d’éclairage sont logées dans des plafonniers comportant des coins métalliques.

Chaque automotrice était munie d’une petite cabine de conduite à l’avant. Le chef de train se postait dans le premier compartiment. Ce compartiment était interdit aux voyageurs lorsqu’il était rempli de bagages.

MP51-24

Un design Art déco

Les aménagements intérieurs offrent un aspect agréable et un grand confort. Les recouvrements sont en tôle vitrifiée de couleur blanche avec une décoration à filets. Le plafond est peint en blanc mat. Le plancher est en terrazolith recouvert, en 1re classe, d’un tapis de caoutchouc.

A l’origine, dans les deux classes, les banquettes à dossier haut, largement espacées sont rembourrées et recouvertes de moleskine en 2de, de velours gris en 1re, décoré du logo CMP. Des aérateurs placés sur le toit assurent une ventilation convenable toutes glaces fermées. Les vitres sont munies de stores et sont ouvrantes à mi-hauteur d’un seul côté.

Des filets porte-bagages métalliques sont disposés de chaque côté. Des appuis (appelés « perroquets ») ont été prévus pour les voyageurs debout et des poignées montoires de chaque côté des portes.

Les premières séries d’automotrices comportent des lustres d’éclairage au design remarquable de style Art déco, très caractéristiques, en verre soufflé opalescent. Sur les séries suivantes, les ampoules d’éclairage sont logées dans des plafonniers comportant des coins métalliques.

Chaque automotrice était munie d’une petite cabine de conduite à l’avant. Le chef de train se postait dans le premier compartiment. Ce compartiment était interdit aux voyageurs lorsqu’il était rempli de bagages.

La transition

Le 1er août 1964, l’unification administrative de la ligne de Sceaux s’achève avec le transfert à la RATP de la section Massy-Palaiseau à Saint-Rémy-lès-Chevreuse.

Pour répondre à la croissance du trafic, la RATP commanda des nouvelles Z au tout début des années 1960, très proches de la conception des années 1930.
Dès 1967, un nouveau matériel est mis en service sur la ligne de Sceaux : le MS61, qui y démarre sa carrière pour ensuite rouler sur le futur RER A mis en service en 1969. L’insuffisance du parc de la ligne de Sceaux face à une affluence sans cesse croissante conduit à y faire rouler en surplus ce matériel au côté des automotrices Z. A cette occasion, elles reçoivent une nouvelle livrée bleu clair, analogue à celle du MS61, et l’intérieur est simplifié et rationalisé. Extrêmement robuste, le matériel Z sera régulièrement modernisé et ne tirera sa révérence qu’en 1987 !

Détail de motif sur siège avec logo CMP dans automotrice Z

La transition

Le 1er août 1964, l’unification administrative de la ligne de Sceaux s’achève avec le transfert à la RATP de la section Massy-Palaiseau à Saint-Rémy-lès-Chevreuse.

Pour répondre à la croissance du trafic, la RATP commanda des nouvelles Z au tout début des années 1960, très proches de la conception des années 1930.
Dès 1967, un nouveau matériel est mis en service sur la ligne de Sceaux : le MS61, qui y démarre sa carrière pour ensuite rouler sur le futur RER A mis en service en 1969. L’insuffisance du parc de la ligne de Sceaux face à une affluence sans cesse croissante conduit à y faire rouler en surplus ce matériel au côté des automotrices Z. A cette occasion, elles reçoivent une nouvelle livrée bleu clair, analogue à celle du MS61, et l’intérieur est simplifié et rationalisé. Extrêmement robuste, le matériel Z sera régulièrement modernisé et ne tirera sa révérence qu’en 1987 !

Plan de ligne dans intérieur d'une rame Z
Précédent
Suivant

Automotrice RER

Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant

Sprague M535

Renault TN4H

Saviem SC10

Remorque Bois A1

Motrice Nord-Sud M102

Automotrice MP51

Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant
Précédent
Suivant

Motrice 505